AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 De la chute à la renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatarReyx'Rack
Créateur de Mondes

Messages : 167
Date d'inscription : 30/11/2013
Age : 24
Localisation : Le Vagabond

Feuille de personnage
Personnage principal: Reyx'Rack Silix
Autre Personnage: Carsön Silix
Autre Personnage: Eva'na Sayge
MessageSujet: De la chute à la renaissance   Mer 17 Sep - 21:38

Ci-dessous, une suite de Messages Privés RP entre Osymandias et moi sur le forum Rôle Play. Le texte semble très très long mais il se lit assez vite si vous êtes intéressé. Il relate de la situation de Reyx' après la chute du Reliant aux mains des Mandaloriens jusqu'aux arènes des Sables.

Ceux qui le lisent et qui m'en apportent la preuve, je leur paye un Kebab sur Paris !

*
**


Osymandias tournait en rond sur la passerelle de l'Indépendance. Cela faisait plusieurs mois que Reyx'Rack avait disparu de tous les écrans radar. Il avait entendu des dires comme quoi la réunion de son clan sur Nar Shaddaa c'était mal déroulée mais il en avait pas cru un mot jusqu'à ce qu'il contacte le Relient où on lui apprit que face à ce nouvel échec la mandalorienne avait préféré s'exiler. Elle était partie à bord d'un vaisseau cargo et désormais elle allait d'un endroit à l'autre de la galaxie, errant sans but.

A l'annonce de cette nouvelle, Osymandias décida de ne pas partir à sa recherche tout de suite, le temps que la guerrière fasse le point à la fois sur elle et sur son futur. Le capitaine de l’Indépendance continua de vivre sa vie. Lui et son équipage s’illustrèrent lors de l’attaque et la capture du Brahmastra, l’un des derniers croiseurs impérial en date. Ce dernier avait alors effectué un saut en hyper-espace et personne ne l’a plus jamais revu. Osymandias était devenu au fur et à mesure l’un des capitaines les plus en vogue de l’espace de la République.

Osymandias continuait de tourner en rond lorsque que l’holocom du vaisseau bipa. Sans perdre un instant, le capitaine répondit à l’appel et une image holographique d’Abanias apparut



- La toile a bougée…

- L’information est sure ?

- Tu me connais depuis le temps, évidement que j’ai vérifié, le vaisseau a été identifié à 100 %. Je t’envois les coordonnées.

- Coordonnées reçu ! Je te remercie mon ami.


Abanias sourit et fit un mouvement de tête comme pour dire : « aucun problème » puis il coupa la communication. Osymandias s’assit sur son siège et appuya sur un bouton qui se trouvait sur un accoudoir. Cela eut pour effet de faire sortir sur la passerelle, une immense barre de navigation. Le capitaine se leva et positionna ses mains sur la barre. Il regarda l’enseigne qui se trouvait à côté de lui. Il ne fallut qu’un signe de tête du contrebandier pour que l’enseigne rentre les coordonnées d’hyper-espace. Une fois cela fait, Osymandias fit tourner la barre afin de se mettre dans le bon alignement pour le saut.

En quelques instants l’Indépendance disparut en grands traits de lumières. Il ne lui fallut que quelques heures pour rejoindre la position transmise par Abanias. L’Indépendance se matérialisa dans l’espace. Il n’y avait aucune planète, juste une étoile avec un champ d’astéroïdes qui gravitait autour. Les scanners à faible portée ne détectèrent rien d’intéressant mais cuex à longue portée remarquèrent une énorme masse d’acier à distance raisonnable de l’étoile. Après quelques instants, il parut évident qu’il s’agissait d’un cargo. Le vaisseau semblait en bon état.

Osymandias demande à ce que l’Indépendance se rapproche et qu’une équipe d’intervention soit prête à intervenir dans le cargo dès qu’il en donnera l’ordre. Osymandias lâcha la barre et avança vers l’holo-terminal et se brancha sur la fréquence du cargo


- Capitaine Reyx-Rack, ici le Capitaine Osymandias, je ne sais si tu reçois ce message mais sache que…. Oh et puis merde ! Sors un peu de ta retraite, t’es pas assez vieille pour ça ! Je te propose un poste au sein de mon vaisseau en tant que Capitaine en second et épouse du commandant ! Je sais que ta campagne contre Phantom a avortée mais cesse de te prendre la tête pour ça, tu n’y es pour rien ! Laisse ça derrière toi, et vient avec moi ! Ton futur…notre futur nous attends !

L'Indépendance ne reçut aucune réponse. La ligne n'était pas coupé, la transmission avait belle et bien été accepté mais aucunes données en provenance du Cargo. Celui-ci était de taille moyenne, assez grand pour pouvoir faire entrer une petite navette par la grande rampe d'accès arrière. Muni d'une seule tourelle à Ion et d'un bouclier visiblement hors d'usage, le vaisseau était à la dérive dans l'espace. Il semblait graviter un tout petit peu plus haut que le champ d'astéroïde lui même en gravitation autour de l'étoile naine. Le système stellaire où se trouvait les deux appareils était abandonné par le ciel. Aux confins des limites de la galaxie. Aucunes défaillances notable sur la coque du Cargo. Néanmoins, son moteur arrière droit laissait s'échapper plusieurs arcs électriques assez violents et furtifs. Un astéroïde avait dû heurter un des réacteurs, provocant sûrement la dérive.

En effet, voilà plusieurs mois que personne n'avait eut de nouvelles de la Mandalorienne. Certaines rumeurs dans les bas-fond de Shadda et de Coruscant laissaient sous-entendre qu'elle s'était fait tuer dans un guet-apens Sith, ou Jedi, les rumeurs imprécises quoi. Quelques semaines auparavant, le Cargo avait émit un message à l'attention de Carsön Silix , Reyx'Rack désirait lui parler. Suite à ce message, le Mandalorien accepta mais il n'eut aucune réponse. Il avait été jusqu'alors impossible de traquer la Guerrière.

Néanmoins, pourquoi l'Indépendance était parvenu à capter les signaux similaires à l'Araignée Noire? Avaient-ils pris contact? Était-ce une revanche de la part d'Anwen envers les Silix? Il n'y avait qu'une seule façon de le savoir. Aborder le cargo à la dérive.

On entendit résonner un seul son dans tout l'Indépendance. Une voix féminine, saccadée par les stridulations électriques. Le timbre dramatique de la voix était capable de faire trembler n'importe qu'elle personne. On pouvait percevoir un soupçon de détresse, de haine et de dramatique.


- Osy'...

La voix fit frémir Osymandias et le déconcentra un peu mais ces esprits lui revinrent vite. Cette voix c'était celle de Reyx, ce qui voulait dire qu'elle était belle et bien vivante. Le capitaine se tourna vers l'un des hommes qui se trouvait autour de lui

- Combien de temps avant que l'équipe d'abordage soit prête ?

- Une vingtaine de minute monsieur !

- Très bien, je pars avec...

- Bien monsieur, je vais faire préparer votre équipement !


Osymandias se retourna vers l'holocom.

- Ma chérie, j'arrive sous peu, ne bouge pas ! Ou plutot si déplace toi le plus prêt possible du hangar !

Il n'y eut aucune réponse. La navette décolla de l'Indépendance avec à son bord une équipe de cinq soldats dont deux femmes. Le tout dirigé par Osymandias.

- En approche de la cible Capitaine. La rampe d'accès est verrouillée. On va essayé de ...

Avant même que la pilote eut le temps de finir sa phrase, la rampe en question s'ouvrit. L'air contenu fut immédiatement happé dans le vide. La pilote eut un léger frisson et dirigea sa navette en direction du Cargo de la présumée Mandalorienne. Sans difficulté, la femme parvint à accrocher la navette au Cargo, après avoir sécurisée le sas, elle quitta les commandes pour s'équiper.

Une fois l'équipe à l'intérieur, Osymandias prit les devants. Derrière lui se tenait la pilote, blaster en main, suivit de deux hommes ainsi que de la dernière femme qui fermait la formation. Le hangar ne ressemblait pas réellement à une soute sinon à un dépotoir. Des caisses en plastacier éventrées par on-ne-sait quelle force, des habits en tissus déchirés, des traces de carbones sur les murs. Manifestement, il y a eut des traces de combats ici.

Quelques grincements de la coque à glacer le sang se faisaient entendre de part et d'autre de la grande soute. L'un des hommes de main se sentait observé par quelque chose de maléfique mais invisible. De temps à autres, les lumières s'éteignaient et se rallumaient aussitôt. Durant ce laps de temps, les membres de l'équipe avaient l'impression de voir quelque chose de déplacer à une vitesse extraordinaire.

Osymandias dirigea le groupe jusqu'à la porte qui donnait accès au couloir principal. Celle-ci semblait verrouillée magnétiquement.

De nouveau, la voix métallique de Reyx'Rack se fit entendre.


- Pars... Pars et laisses moi ad'ike

- Seulement si tu viens avec moi !

Le capitaine ne reçu aucune réponse, il grogna quelque chose et se fit à l'idée que lui et son équipe n'étaient manifestement pas les bienvenus ici.

- Ok jeunes gens, on sort ses armes, on les mets sur incapacitants ! Jenkins faites moi sauter cette porte ! Considérer tout ce qui bouge comme un ennemi potentiel mais il me faut Reyx vivante !

L'équipe d'assaut obéit en un éclair, l'homme désigné alla placer un explosif sur la porte puis il revint se mettre à couvert prêt des autres. Il actionna ensuite la bombe et fit voler la porte en éclat. Osymandias et son équipe sortirent de leur cachette et continuèrent d'avancer

Le couloir d'accès était sombre. Les néons du plafond ne fonctionnaient que par intermittences. Ils étaient plus souvent éteints qu'allumés. L'atmosphère lugubre procurait des frissons de temps à autres dans le corps des pirates. Osymandias menait la marche, pistolet blaster braqué vers l'avant. Une fois au milieu du long corridor, les lumières du hangar se coupèrent, plongeant ainsi les mercenaires dans le noir total tantôt brisé par les néons du plafond.

Un crissement de la coque fit sursauter l'homme et la femme qui terminaient la formation.


- Allumez vos lampes d'épaule, ordonna Osymandias en donnant une tape sur sa propre épaule.

Le faisceau des lampes éclairait jusqu'à un mètre devant. La porte du fond du couloir qui menait à la salle avant le cockpit était elle aussi verrouillée. Un des soldats fit remarquer qu'à cause des grincements de la coque, il serait dangereux de faire sauter une seconde porte avec les explosifs. Cela pouvait provoquer une dépression à l'intérieur du vaisseau voire même une déchirure dans la structure de l'appareil.

Quelques choses se déplaçait dans le couloir avec eux. Quelque chose de maléfique. Les mercenaires avaient un mauvais pressentiment.




Un vrombissement de sabre laser se fit entendre. À l'autre bout du couloir, côté hangar, une lame de sabre laser blanche couronnée d'un léger gris se dessina dans la pénombre. On pouvait distinguer une femme de taille moyenne en armure visiblement Mandalorienne ainsi qu'une partie de son visage. Un visage blanc et lisse, aux lèvres craquelées, les yeux blanc rayonnant. De légères veines bleues parsemaient les abords de ses yeux.

Un des soldats avança à tâtons vers elle.


- Je t'avais dit de ne pas venir... Laissez moi. Je suis morte il y a longtemps.

Ses lèvres ne bougeaient pas. Sa voix dramatique résonnait dans la tête de chacune des personnes. Le Sabre Laser d'Aleehna semblait encore plus menaçant dans les mains d'une femme en armure. Soudainement, l'étrange femme se courba presque en gémissant. Elle se releva d'un mouvement brutal en écartant les bras.

Le groupe fut propulsé à terre par une vague de Force. Osymandias parvint à s'agripper à la rambarde à sa droite avant d'encaisser le choc ce qui le fit simplement glisser en arrière. Mais un des hommes vola conte la porte et se tapa le haut du crâne. Lorsqu'ils se redressèrent pour observer leur assaillante, elle n'était plus là.

Elle avait sombré dans les abysses de ses pensées, laissée emportée par ses sentiments, ses émotions envers la Galaxie. Son âme brisée lui avait permis de manipuler la Force comme si ce n'était qu'une simple balle. Néanmoins, malgré son manque d'expérience, elle était limitée dans sa façon de l'utiliser.

Le groupe, à nouveau dans l'obscurité, avait affaire à une redoutable Mandalorienne manipulatrice de la Force. Seules les étoiles savaient ce qui attendait les pirates dans leur progression.



- Tout le monde va bien ?

- Pas de problème chef !

- Jenkins, sortez votre détecteur de chaleur !

Le soldat s’exécuta et sortit un appareil de l'un de ses sacoches. Quelques voyant apparurent à la position où ils se trouvaient puis un autre un peu plus loin. Aussitôt le soldat indiqua la direction à suivre.

Le groupe se mit en marche à un rythme soutenu. Il arrivèrent alors à une vingtaine de mètre, ils s’arrêtèrent et juste Osymandias continua d'avancer de quelque mètre.


- Alors c'est ça être mandalorien ? Subir une défaite et partir en baissant la tête, sans un baroud d'honneur sans combattre, comme une lâche ? Où est ta combativité ?! Tout ce que tu as fait c'est de te cacher et de succomber au côté obscur ! Tu crois que c'est ça ce que désirais ton clan lorsqu'ils t'ont choisie comme chef ?

La salle où se trouvaient le groupe de mercenaire était un genre de réfectoire où l'équipage du Cargo devait avoir pour habitude de s'installer et de manger tranquillement. Mais, à présent cela n'avait rien d'un endroit reposant. De la verrerie et des assiettes étaient broyées en milles morceaux sur la table rectangulaire au centre de la salle. Les chaises étaient toutes à la renverse à l'exception d'une seule. La salle était littéralement sans dessus dessous. Des affaires, de la nourriture et des objets recouvraient le sol. Les pirates progressaient dans le réfectoire, Jenkins gardait constamment un œil sur son détecteur. La tâche représentant la Mandalorienne apparaissait et s'évanouissait, comme si elle parvenait à refroidir son corps de quelques façons.

Sa voix résonna de nouveau dans la tête des gens.


- Ils ont détournés chacune de mes actions, de mes paroles jusqu'à me faire passer pour une Dar'manda. C'est peut être ce que je suis, une dar'manda.

Sur ces mots. Un des hommes se vit soulevé à une mètre du sol. Une main invisible le tenait par la gorge. Il suffoquait. Une seconde après avoir lâché son arme, il essayé de retirer l'étreinte qui le retenait prisonnier en lévitation. Une des deux femmes essaya de le faire redescendre et de lui masser la gorge, sans succès.

- On est en train de le perdre monsieur! Cria la pilote

Le soldat munit du détecteur essayait d'amplifier le signal pour trouver Reyx'Rack Silix.

- Osymandias, elle se trouve dans le cockpit... Mais nous n'auront jamais assez de temps pour la rejoindre avant que Aman y passe!

- Vous devez la raisonner! Cria la femme.

- Ils te traitent de Dar'manda et tu les laisses faire ? Tu es trainée dans le boue et tu les laisses faire ? où est ta combativité ? Où est passé la femme que j'aimais ?! Elle a été remplacée par une pleurnicheuse ? Tu cries vengeance et je t'offre l'occasion de le faire mais pour ça il faut que tu viennes avec moi !

- Qu'est-ce que tu t'imagines? Les Mando'ade comme moi ne sont pas acceptés. Cuyir solus Mando'ad, c'est une légitimité.

L'étreinte sur le mercenaire devant de plus en plus puissante. Il se courbait de toutes les façons possible et imaginable dans les airs pour essayer de se défaire de la main invisible qui le menaçait. Impossible, la situation était bloquée.

- Son pouls diminue, il va clamser...

La femme ne pouvait rien faire, elle se sentait impuissante. Jenkins essayait désespérément d'ouvrir la porte qui menait au cockpit. Mais ses inversement de câblages ne fonctionnaient pas.

La voix résonnait de plus en plus fort dans l'esprit des pirates, c'en était presque assourdissant.


- Je ne suis pas tombée du "Côté Obscure", c'est une nouvelle façon d'appréhender leur magie. Et lorsque je serai assez puissante, je leur montrerai. Je les tuerai tous, j'irai tuer ce Dar'manda de Mand´alor qui fait honte à notre peuple depuis bien trop longtemps!

La Mandalorienne parlait presque en criant dans la tête des gens. Certains essayaient de se boucher les oreilles pour ne plus l'entendre, sans succès. Manifestement, Reyx'Rack avait succombé à la haine et, dans le désespoir, s'était tourné vers la facilité dans la manière de manipuler la Force, en laissant libre court à ses émottions.

- Non mais tu t'entends parler ? "Je ne suis pas tombée du côté obscur mais je vais tuer tout le monde". Tu es juste aveuglée par ta colère et ton désespoir !

Osymandias regardait le soldat qui était en train de pirater la porte d'accès. Celui-ci fit un signe pour faire comprendre au capitaine qu'il en avait plus que pour quelques secondes

- Maintenant arrête tes conneries ! Je ne suis pas venu pour t'affronter mais pour te proposer une place dans mon équipage !

- Capitaine, j'y suis !

- Très bien, j'y vais seul...

- Chef ! N..

- Silence soldat ! Vous ne ferez pas le poids contre elle, si elle doit s'énerver ! Que l'un d'entre vous aille préparer la navette, ça ne sera pas long.

Les soldats se turent et l'un d'entre eux partit vers le hangar conformément aux ordres. Sur un signe de tête du capitaine, Jenkins fit la dernière connexion et ouvrit la porte avant de se replier lentement. L'air qui sortit du cockpit était vicié mais cela n’influa en rien la volonté du capitaine qui avança d'un pas déterminé, pistolets blaster tirés et pointés vers l'avant

- On est pas obligé d'en arriver là Reyx ! Ne me force pas à te tirer dessus !

La Mandalorienne était assise sur le siège de pilotage, tourné vers Osymandias. Le sabre laser éteint à la main gauche, et le bras droit armé d'un laser unique braqué sur le Capitaine pirate. Le visage rongé parce qu'il semblait être le côté obscure de la Force. Son bras faiblement tendu vacillait légèrement de bas en haut.

- Viens avec moi, souffla Osymandias.

Au moment où il avait franchit la porte, la femme avait lâchée prise sur le soldat en lévitation dans le réfectoire. Le visage de la Mandaorienne semblait fatigué, exténué même. Les veines bleus aux côtés de ses yeux étaient mieux visible. On aurait dit qu'elles formaient une esquisse de toiles d'araignée de part leurs positions.

- Aman est hors de danger! La menace à été détruite? Cria la mercenaire du fond du couloir d'accès, méfiante.

Sur ces mots, la guerrière se dressa d'un geste et enclencha l'arme Jedi tout en gardant son bras en direction d'Osy. Son pouls s'accélérait, sa poitrine se gonflait et se vidait aussi vite que les allées et retours d'un moteur ionique.

- Alors je suis une menace, encore. Au point où j'en suis. Ils m'ont fait des choses, ils m'ont injectés des produits... J'avais entrepris de traquer Anwen, seule.

La guerrière, sans baisser sa garde, désigna du menton un cadavre derrière Osymandias. Elle susurra, comme si les morts avaient des oreilles: <<Ils m'ont rattrapé, je suis allez dans leurs complexes. Je me suis échappée mais... Je ne voulais pas que tu abordes mon vaisseau. Je t'ai conduit dans un piège contre ma volonté.>>

Une console radar bipa. Deux chasseurs venaient d'entrer dans le système Solaire.

- Ils savent que tu es venue pour moi... Ce sont des éclaireurs, il est encore temps que tu partes. Je suis brisée, fatiguée de fuir. Pars, jii!

Au même moment, elle coupa le siège de copilote à l'aide sur sabre laser. Elle tira aussi aux pieds d'Osymandias. Elle chuchota en secouant la tête: <<Tu ne peux rien pour moi. Voilà pourquoi je me bat, que tu ne reproduises pas la même erreur qu'avec ton amie, ne perds pas ton temps à essayer de m'aider.>>

Son visage se crispa, elle refrénait ses larmes, consciente que l'homme en face d'elle ne pouvait rien faire et que s'il attendait plus longtemps, il prenait le risque d'engager un combat stellaire juste aux dessus de leurs têtes. Néanmoins, elle maintenait sa position, prête à agir s'il tentait quoi que ce soit pour elle.

Osymandias regarda à travers le cockpit pour voir encore une dizaine de chasseur qui sortait de l'hyper-espace. Aussitôt le capitaine prit contact avec l'Indépendance


- Indépendance, tout va bien ?

- Aucun problème capitaine, on va écraser ces moucherons les doigts dans le nez !

Osymandias coupa la conversation pour se concentrer à nouveau sur Reyx

- Chérie, tout n'est pas perdu ! Viens avec moi, je t'en prie...

Le capitaine rangea son arme dans son étui et leva les bras. Osymandias s'avança doucement mais il vit que Reyx'Rack reculait et le menaçait avec son arme jedi.

- Doucement ma chérie, j'ai compris, je vais partir mais avant je désire juste t'embrasser une dernière fois

Apparemment les paroles d'Osymandias avait fait mouche et la mandalorienne baissa un instant sa garde. Le capitaine continua d'avancer jusqu'à arrivait au côté de la jeune femme, il approcha lentement son visage du sien et déposa un délicat baisé sur ses lèvres.

Tout se passa très vite, alors qu'il était entrain d'embrasser la mandalorienne, Osymandias

En un éclair le capitaine dégaina à nouveau son arme et tira deux coups de blasters qui avaient été réglé un peu plus tôt sur la fonction paralisante dans le corps de Reyx'Rack. Quelques larmes coulèrent sur le visage d'Osymandias tandis qu'il murmurait à l'oreille de sa compagne


- Je suis désolé, mais c'est le seul moyen de te faire partir d'ici

*
**


Reyx'Rack ouvrit les yeux, se les frotta vaguement. À peine avait-elle reprit ses esprits qu'elle comprit qu'elle se trouvait dans une des cellules énergétiques de l'Indépendance. La pièce était composé d'un lit simplement dressé par un drap gris ainsi que par un cousin de petite taille. Un lavabo blanc ainsi que des sanitaires basiques.

Elle sera le poing, sans bouger la tête, ses yeux firent le tour de la salle. Emplis de rage. Puis, d'un mouvement furtif, se lança contre la barrière énergétique. Chaque coups de poings qu'elle assignait produisait de petites ondes électriques qui se propageaient sur la cloison de la prison.

Folle de rage, elle essaya même de casser le mur à l'aide de la Force. Des cris de guerrière en furie accompagnaient les tentatives. Elle hurlait en épuisant ses derrières forces:


- Ils vont tous vous tuer! Ils vont tous vous tuer...

Assise dos contre le mur, elle se retenait de pleurer. Une Mando'ad ne devait pas pleurer. Elle se devait d'être flegmatique, garder son sang froid et trouver des solutions. Lentement, elle porta ses doigts sur les veines bleues aux côtés de ses yeux. Des veines bien anormales, qui lui donnaient l'impression d'avoir une puissance sans limite, accélérant ses capacités neurales.

Elle ferma ensuite les yeux et s'endormit, à même le sol.

Osymandias avançait lentement dans le couloir, il était entrain de discuter avec son médecin personnel et un homme encapuchonné. Au bout de quelques minutes, le groupe s'arrêta devant la cellule de Reyx'Rack, celle-ci était en train de dormir paysiblement sur le sol. Le capitaine regarda le médecin avant de lui adresser la parole


- Combien de temps avant que son corps soit purgé des drogues ?

- Je lui ai donné un médicament pour accélérer le processus, demain matin elle sera clean.

- Bien, faites en sortes qu'elle dorme jusqu'à ce moment.


Le médecin acquiesca et un sourire discret apparut sur le visage du capitaine qui se retourna pour parler avec le deuxième compagnon.

- Maitre, vous et votre équipe, vous pensez-vous capable de couper le lien qu'entretien Reyx avec la Force ?

- C'est possible mais ça prendra du temps et une certaine préparation, de plus l'accord de votre compagne est indispensable.

- Pourquoi ?

- C'est une "opération" délicate, si Reyx'Rack refuse l'opération et qu'on tente quand même l'opération, son esprit risque de se fermer et cela peut provoquer certains dommages

- D'accord, j'essayerais de la convaincre lorsqu'elle aura l'esprit clair.... , lorsqu'elle sera sevré, faites la porter dans mes quartiers et prévenez moi !


La Mandalorienne se réveilla, elle était seule dans la cellule, comme quand elle s'est endormie. Son premier réflexe fut de se tenir la tête puis de passer ses doigts sur les veines bleues. Comment était-ce possible? Osymandias pouvait soigner ça?

- C'est impossible...Soupira-t-elle.

Des bruits de pas dans la pièce attirèrent son attention. Reyx'Rack leva la tête en direction de la forme féminine familière. La femme lui tendit la main. Sans hésiter une seule seconde, la guerrière se laissa tirer vers le haut. Son regard se plongea dans les traits de Sandra Silix. Comment pouvait-elle se trouver ici? De nouveau...Voilà plusieurs semaines qu'elle n'avait pas eût de vision la concernant.

Une fois debout, Reyx' cligna simplement des yeux après avoir esquissé un sourire, et sa compagne fantôme disparut. Comme par magie. Ce n'était pas la première apparition de Sandra, elle lui était apparue lorsqu'elle eût quitté la flotte, dans la navette républicaine.

Un des murs énergétique faiblit, une porte se dessina. Un homme vêtu d'une blouse et accompagné de deux hommes armés s'approchèrent d'elle et lui saisirent le bras instantanément.


- Qu'est ce que vous me faites Chakaare ! Cria-t-elle.

Sans répondre, le médecin planta rapidement une aiguille dans l'épaule de la Mandalorienne et lui injecta le contenue. Les deux soldats lâchèrent Reyx' qui vacilla jusqu'à son lit et se laissa tomber dessus.

- Vous devriez vous sentir mieux après ça. Dit tout simplement le médecin.

Quelques secondes plus tard, la guerrière tomba sur sa couchette, les yeux fermés. Livrée à ses propres rêves.

Quelques instant après que Reyx se soit rendormie, Osymandias arriva devant la cellule, il vit alors le médecin entrain de ranger son matériel


- Alors ?

- Tout c'est bien passé, elle va dormir encore quelques heures, le temps que ce que je viens de lui injecter fasse effet et puis elle se réveillera en plein forme sans ces horribles veines bleues.

- Parfait doc ! Doit-elle rester ici ou bien ?

- Non vous pouvez l'emmenez dans votre cabine, elle y sera bien mieux installer.


Le capitaine afficha un sourire puis il entra dans la cellule, souleva le corps de Reyx et la porta jusque dans sa chambre. Il déposa la jeune femme sur son lit, la déshabilla jusqu'aux sous-vêtement puis la mit dans les draps. Osymandias sortit de la cabine afin d'aller au réfectoire chercher quelque chose à manger. Lorsqu'il revint avec un plateau de fruit dans les mains, la mandalorienne était toujours assoupie. Le capitaine s'assit alors sur un chaise et se mit à veiller sur sa passagère

La Mandalorienne ouvrit les yeux et posa son regard sur Osymandias qui s'était endormit sur sa chaise. La tête penchée en avant, les mains jointes sur son ventre. Elle parla d'une voix douce:


- Il va sérieusement falloir arrêter de me faire bouger quand je dors. Je vais perdre la notion de l'espace après...

Osy' ouvrit les yeux. Elle souriait. Doucement, encore un peu dans les vapes à cause des drogues, la guerrière porta ses doigts à ses yeux, une nouvelle fois pour constater l'état des veines. D'un mouvement rapide, elle dégagea la couverture et courut vers la salle de bain.

Face au miroir, elle fut heureuse de constater que les veines bleues n'étaient plus là. Osymandas et ses médecins avaient donc l'antidote contre cette chose. Le Capitaine pirate n'avait pas bougé, affichant un sourire de satisfaction.


- Je ne sais pas comment vous vous êtes débrouillé... Mais kandosii ad'ike. Je te dois une fière chandelle, encore une fois.

Reyx'Rack s'installa en tailleur sur le lit. Son regard, encore effrayant par ses iris blancs contre-nature, examinait Osy' de haut en bas. La question était à présent de ce qu'il allait se passer. Elle pencha la tête, presque par culpabilité.

- Je pense que je te dois des explications.

- A propos de quoi ? Du fait que tu es disparu de tout les écrans radars pendant plusieurs mois ou du fait que tu as voulu traquer Anwen seule ?


Reyx'Rack ouvrit la bouche pour répondre mais aussitôt Osymandias mit son doigt sur sa bouche comme pour signifier à la mandalorienne de faire silence

- Je sais pourquoi tu as disparu, c'est à cause de l'échec de la coalition. Et pourquoi tu as décidé de traquer Anwen seule, hé bien tu me l'expliqueras une autre fois, fit-il avec un mouvement d'épaule

Osymandias se leva et se dirigea vers la table basse qui était situé au centre de la pièce. Il y avait sur celle-ci la corbeille de fruits qu'il avait apporté un peu plus tôt. Il prit un fruit et le lança à Reyx'Rack

- Mange ! Reprends des forces ! Tu vas en avoir besoin.... et puis prends une douche aussi, ça fera du bien à ton corps.

Le capitaine prit lui aussi un fruit et croqua dedans à pleine dents.

- Ah ché pshuis auschchi...oh parchdon,le contrebandier avala la nourriture qu'il avait dans le bouche

- Je disais: j'aimerais que tu rejoignes mon équipage. Je n'ai plus de second officiel depuis que j'ai capturé le Brahmastra. J'en ai donné le commandement à Leddhur. Donc voilà, rejoins mon équipage tout d'abord en tant que second de l'Indépendance puis deux possibilités, je sais que la femme de Leddhur est enceinte, ce qui veut dire qu'il va bientot laisser sa place de capitaine du Brahmastra et tu prendrais sa place OU si on capture un autre vaisseau avant ce moment, je t'y met à sa tête. Tu en dis quoi ?

La Mandalorienne ne baissa pas les yeux. Son regard, encore glacial, se posa sur le Capitaine bien entrepreneur.

- Nayc...Dit-elle sans tourner la tête. Je ne peux pas faire partie de ton équipage.

D'un mouvement, elle se dégagea du lit et se marcha dans la salle, presque nue. Simplement vêtue d'habits légers qu'elle garde généralement sous sa Beskar'gam, Reyx' en gardait néanmoins une stature respectable.
La Guerrière se tenait de dos, les bras croisés, le regard rivé sur la jointure entre le mur et le plafond, juste au dessus du petit hublot d'observation
.

- Il y des choses dont je ne devrais pas me mêler. Je dois rester seule pour le moment, retrouver mon honneur comme il se doit de toutes les façons possibles. En plus, je suis déjà le Capitaine du Vagabond. Je ne peux pas me permettre de devenir le Second ou le Capitaine d'un autre vaisseau.

Reyx'Rack Silix pivota pour se retrouver face au Capitaine qui continuait de manger son fruit. Elle se massa la tempe en regardant ses pieds puis parla d'un ton embarrassé:

- Je compte combattra dans les arènes des hauts dignitaires Hutts. En tant que Mando'ad, regagner mon honneur par des combats, en duel. Par des défis. Je me ferai connaître, mon nom s'ébruitera dans les cantinas puis sera hurlé dans les arènes de Nar Shadda!

- Très bien... de toute façon, je ne pourrais pas te faire change d'avis...


Osymandia mangea une dernière buchée de fruit puis s'approcha de la mandalorienne.

- Par contre, je ne te laisserais pas partir avant que tu ais fais un examen médical complet et que tu sois à 100% de tes capacités physiques !

Le capitaine passa son bras droit autour de la taille de la guerrière tandis que sa main gauche remit en place une mèche de cheveux de Reyx'Rack. Il déposa ensuite un baiser sur les lèvres de la mandalorienne

- Et compte sur moi pour vérifier personnellement, que toutes tes capacités soient au plus haut....

Oymandias se mit à déposer de légers baisers dans le cou de Reyx'Rack. Sa main droite passa furtivement sur les fesses de la guerrière pour aller se poser sur ses cuisses alors que sa main gauche commença à s'infiltrer sous le haut de Reyx'Rack

- Alors à toi de me montrer que tu es au top...


Cette fois-ci, Reyx'Rack s'était laissée aller. Elle laissa son corps et son âme se détendre au gré des volontés d'Osymandias. Il fallait admettre qu'après, la guerrière se sentie à la fois apaisée et loin. Loin de toute cette "osik'" qu'elle se trimbalait depuis quelques mois.

Plusieurs heures plus tard, lorsque les deux Capitaines étaient encore endormit, le croiseur Indépendance passa dans les traits d'une nébuleuse aux couleurs bleus et violettes. Ce véritable arc-en-ciel décomposé réveilla Reyx'Rack Silix qui se redressa et plongea son regard blanc dans ce phénomène physique qui englobait le vaisseau. Elle dirigea ses yeux sur Osymandias qui dormait profondément, ces derniers jours n'ont pas dû être facile pour lui.

Sans faire de bruit, elle se hissa hors du lit et se rhabilla. Une fois équipée de sa Beskar'Gam, la femme empoigna son casque et quitta la pièce en marchant. Il était étonnant de constater qu'une armure en Beskar était aussi silencieuse. Pas de grincement, pas de chocs entre les plaques de métal...Presque rien. Simplement le frottement du cuir sur la peau et sur les plaques.

Dans le couloir, les hommes et femmes d'équipages qu'elle croisait semblaient être tiraillés par: -Lui en vouloir à cause de la mission de sauvetage ou -L'apprécier car elle s'était lié "d'amitié" avec eux. Encore une fois, Reyx' pensait avoir tout raté. Les seuls personnes à qui elle pensait ne jamais avoir fait de mal se méfiaient d'elle. Ces personnes là avaient côtoyés la Mandalorienne plusieurs semaines, elle avait parlé avec eux, joué à la balle aux prisonniers, et bien d'autres faits qui pouvaient les lier.

Des regards de mépris, de déceptions...Le lot quotidien de Reyx'Rack Silix.

Au bout d'une vingtaine de mètres, son épaulière droite heurta un homme encapuchonné aux allures de Jedi.


- Hem...Pardon aruetii, dit-elle d'une voix simple qui résonna par le vocalisateur de casque.

Osymandias dormait tranquillement, cela faisait longtemps qu'il n'avait pas aussi bien dormit et sentit aussi léger. Il bougeait instinctivement dans son sommeil et à un moment il se retourna et son bras gauche s'en alla pour passer au dessus du corps de Reyx et ainsi la serrer dans ses bras mais ce dernier ne trouva que le vide et frappa lourdement le matelas ce qui eu pour effet de réveiller le capitaine.

Osymandias leva ses paupières et examina la pièce. Celle-ci était vide et seul les vêtements du capitaine trainaient sur le sol comme preuve d'une activité nocturne agitée. Le capitaine se leva, se frotta les yeux puis chercha de quoi s'habiller dans un placard tout proche. Quelques instants après, il sortit de sa chambre et commença à chercher Reyx'Rack.

Il se passa plusieurs minutes avant qu'Osymandias ne retrouve sa compagne dans se dédale de couloir qu'était l'Indépendance. Au moment où il l’aperçut , la guerrière venait de bousculer un des utilisateurs de la Force qui était à bord de l'Indépendance depuis peu.


- A te voilà ! Je te cherchais partout !

Le capitaine s'avança et prit Reyx dans ses bras puis il prit sa main

- Vient avec moi, je veux te montrer quelque chose...

Osymandias se mit à marcher, emmenant la mandalorienne avec lui. Il prirent un ascenceur et arrivèrent dans une salle circulaire au toit translucide, ils se trouvaient au sommet de l'Indépendance au plus prêt des étoiles

- J'ai fait rajouter cette pièce, il y a quelques mois, en même temps que j'ai recruter des utilisateurs de la Force dans mon équipage..., ceci est la salle où ils prennent part au combat, ils utilisent une sorte de méditation de combat pour nous donner l'avantage.

Le Capitaine inspira un grand coup

- Quand on t'a capturé, tu étais sous l'emprise du côté obscur. Depuis que je te connais, j'ai vu que la Force ne t'apportait que du malheur. En discutant avec maitre Serghar, il m'a annoncé qu'il pouvait te couper de la Force. Mais la décision doit venir de toi.... mais je pense que c'est la meilleure chose à faire, pour toi, pour nous deux....

Reyx'Rack marcha dans la pièce, silencieusement. Il y avait quelque chose d'étrange ici, on pouvait sentir comme une énergie, comme si la Force avait été très présente dans cette pièce à cause des utilisateurs de la Force de l'équipage. C'est du moins ce que la Mandalorienne pouvait percevoir. Ses yeux blanc se figèrent sur le plafond transparent, offrant un spectacle indescriptible sur l'espace et ses merveilles. C'était une véritable scène riche en couleurs, la guerrière en fut presque éblouit. Elle se demanda se qu'il advenait actuellement du Reliant et de son équipage. Les forces Républicaines et Impériales s'étaient elles entretuées? Ça... Reyx'Rack ne pouvait le savoir.

Lorsqu'elle fit redescendre son regard, Osymandias et l'autre homme l'observaient fixement, attendant une réponse. Toujours dans un silence de mort, presque inquiétant, la Mandalorienne croisa les bras. Ses yeux ne savaient pas où regarder pour réfléchir. Après tout, elle n'utilisait la Force que lorsqu'il le fallait, rarement pendant un combat. Selon sa pensée.


- Je... Hem. Je reconnais que mes visions se sont montrées fausses jusqu'alors. Presque toutes. Est-ce un bien? Un mal? Ni ne kar'tayli. Soupira-t-elle

Reyx'Rack pivota et fit de nouveau quelques pas dans la salle.

- Jate, je me couperai de la Force. Je ne sais pas comment faire alors... Je laisse les pro comme on dit. Après tout, la magie devrait rester aux mains des Jetisse et Dar'jetisse. Je ne veux pas changer à cause de ça.

Se tenant de dos, les bras toujours croisés, le regard porté jusqu'aux étoiles, la Mandalorienne venait de prendre une grande décision. Se couper de la Force. Elle ne pouvait pas imaginer que ceci allait créer en elle un vide sans fin. Mais, elle était prête à en payer le prix pour retrouver une certaine estime chez les Mandaloriens. Les pouvoirs de la Force ne sont pas bons ou mauvais selon elle, c'est la manière de les utiliser qui importe. Reyx' pensait que si elle ne se servait pas de la Force, autrement que pour ses visions, elle ne serait pas mal vue des autres Mando'ade, elle s'est trompée. Même Dianoga rechignait quelques fois à lui apprendre certaines méditations ou manipulation concernant cette source d'énergie inépuisable.

Elle était prête à franchir un nouveau cap, le devoir d'un Capitaine, le devoir d'un Mandalorien.

Osymandias se rapprocha de Reyx'Rack pour la prendre dans ses bras. Quelques instants après, il déposa un léger baiser sur le front de la guerrière.


- Je pense que tu as fait le bon choix....

Le capitaine recula un peu et sortit un holocommunicateur et le mit en marche

- Serghar, Reyx a accepté de se faire couper de la Force, mobilisez votre équipe et venez immédiatement.

Quelques minutes plus tard, une dizaine de personnes entrèrent dans la salle et un homme barbu, âgé d'une quarantaine d'année. L'homme s'approcha du couple qui se tenait par la main

- Madame, nous allons commencer le rituel sous peu, veuillez vous tenir au centre de la pièce. Capitaine, écartez-vous un peu, même si il ne devrait pas avoir de problème mais je ne veux pas prendre de risque.

Osymandia s'écarta tandis que les utilisateur de la Force formaient un cercle autour de la mandalorienne

- Ne vous inquiétez pas madame, ça ne fera pas mal. Par contre c'est possible que vous ayez une perte de connaissance. Commençons !

A ces mots, les jedi commencèrent à méditer en harmonie, une faible lueur argentée apparut autour de Reyx'Rack. Au fur et à mesure le rituel avançait, le halo argenté devint de plus en plus puissant jusqu'à former une bulle entière autour de la mandalorienne. La bulle dura quelques secondes puis éclata. La lumière disparue immédiatement après l'éclat de la bulle et Reyx'Rack s'effondra sur le sol.

Les jedis se relevèrent lentement et commencèrent à quitter la pièce tandis qu'Osymandias avançait vers la guerrière inconsciente

- Cela à marcher Serghar ?

- Oui, je ne ressens plus la Force en elle, elle va ressentir une sorte de vide en elle pendant quelques temps mais elle s'y habituera très vite.

- Quand pourra-t-elle commencer l'entrainement ?

- Dès qu'elle se réveillera !

Osymandias prit la mandalorienne dans ses bras et la porta jusque dans sa chambre où il l'allongea sur le lit.


Noir, tout était noir.
Tout semblait vibrer, toutes choses présentes dans l'univers était perceptible, sensible et était susceptible d'être sentis. Même la plus infime des cellules, elle la sentait. Une vibration si infime... Mais si vivante.

À présent, c'était le vide. Simplement le vide. Reyx'Rack avait l'impression de tomber dans le néant. Une chute interminable où le fond n'est pas et ne sera jamais visible.

Son esprit, encore plus embrouillé que jamais, visualisa Sandra l'espace d'un instant. Puis l'image se brouilla de nouveau pour matérialiser toutes les personnes qui lui étaient chères: Carsön, Atin, Kil'a, Kad'la, Dianoga et bien d'autres...

Elle flottait dans le noir. Étrangement, dans explication rationnelle possible, Carsön, vêtu de sa veste en cuir marron, de son t-shirt beige déchiré et de son pantalon noir. Il marchait vers sa vod, qui continuait de tomber. Lorsqu'il arriva à son niveau, le Mandalorien arqua un léger sourire. Sa main se posa sur le visage de Reyx'. Elle pouvait sentir la chaleur de sa main sur sa peau, c'était la seul chose qu'elle pût sentir depuis des heures dans cet endroit infâme et dépourvu de tout.


- Ton heure n'est pas arrivée, tu as encore tellement de choses à faire.

Il parlait sans ouvrir la bouche, sa voix résonnait dans immense prison. Le visage de l'homme était paisible, comme Reyx' ne l'avait jamais vue.

Lentement, alors que la Mandalorienne à moitié nue avait encore l'impression de tomber, Carsön approcha sa bouche de celle de la guerrière. Juste au moment où les deux lèvres allèrent se toucher, Reyx'Rack se sentit happer en arrière.

Elle se réveilla en panique, son cœur battait la chamade. La chambre où elle se trouvait était sombre. D'un mouvement rapide, elle essaya de rouler sur le côté pour se redresser. Son corps était transpirant, faible. Reyx'Rack se sentait oppressée, n'arrivant plus à respirer, elle prenait d'immense respirations mais même celles-ci ne remplissaient pas ses poumons.

Malgré tout, elle parvint à reconnaître l'intérieur de l'Indépendance, par réflexe, la Mandalorienne se glissa hors du lit et rampa jusqu'à la salle de bain. Le sol était glacial, elle avait l'impression de ramper sur de la glace. Une fois à côté du lavabo en métal, elle s’agrippa au rebord pour se hisser. Reyx’ tourna un levier qui fit couler l’eau abondamment, le contact de l’eau l’apaisa en quelques secondes. Sa respiration se calma, mais cela ne comblait pas l’immense vide qui avait pris place en elle. Lorsque la femme épuisée redressa la tête, ce n’est pas son reflet qu’elle vit dans le miroir sinon le visage d’une forme humanoïde habillée d’une imposante bure blanche rapiécée, similaire à celle des Jedi. Cette chose portait un masque en fer de couleur gris clair. Prise de peur, elle se laissa retomber au sol. Qu’avait-elle pu bien voir ? Son intuition lui dit qu’il s’agissait de Dianoga mais rien n’était sûr…Encore faible, Reyx’ s’appuya de nouveau contre le mur pour se relever et s’adossa à celui-ci en contemplant le reflet d’une femme blessée, tiraillée et dépourvue de la Magie Jedi…Enfin.

La porte automatique cliqueta pour s'ouvrir et grand et laisse passer le maître du vaisseau. Celui-ci était chargé de deux paniers de viennoiseries qu'il avait commander expressément à son chef cuisinier. Osymandias qui avait le dos tourné à la porte ne remarqua pas de suite que sa compagne s'était réveillé. Lorsqu'il s'en aperçut un grand sourire lui traversa le visage. Il déposa les paniers sur une table basse puis se dirigea vers la salle de bain où il entendait l'eau coulé.

Il passa la tête dans l'encablure de la porte et admira la guerrière, celle-ci semblait fatiguée mais rien de plus normal après ces mois d'errance et cette délicate opération. D'ailleurs Osymandias remarqua que ses yeux avaient changés de couleur, sans doute un effet secondaire.


- Tu as dormis pendant plusieurs jours, lança-t-il enfin

Le Capitaine du vaisseau entra dans la salle de bain et serra la mandalorienne dans ses bras. La première chose qu'il remarqua c'est à quel point le corps de Reyx'Rack était gelé et qu'elle tremblait comme une enfant. Osymandias se souvint alors de ce que lui avait dit Serghar après "l'opération"

- Ne t'inquiète pas cette "sensation de vide" va passé d'ici peu de temps...

Le Contrebandier s'approcha de la baignoire et fit couler de l'eau chaude.

- Prends un bain, détends toi. Ne t'inquiète pas je me suis occupé de toi pendant que tu étais inconsciente, je veux dire que je me suis occupé de laver ton corps et de te nourrir mais ce bain te fera du bien je pense, une fois que ça sera fait, je t'ai amené des trucs à manger....


Reyx'Rack se sentait faible dans les bras d'Osymandias, elle détestait cette sensation. Elle qui avait tout fait pour s'endurcir de toutes les façons possibles et imaginables... Et là voilà, dépourvue d'une puissance qui a été réveillée en elle, ne laissant plus qu'un trou béant au plus profond d'elle.

Silenceuse, la guerrière se dégagea de l'emprise de l'homme pour tituber jusqu'à la baignoire. Elle enclencha l'eau alors qu'elle était encore en sous-vêtements.

Osy' était resté dans la salle de bain, observant la Mandalorienne qui se faisait immerger, petit à petit. Elle n'arrivait même plus à profiter de la sensation de l'eau qui entourait tout son corps. "Suis-je devenue faible à ce point là?". Reyx' plongea la tête sous l'eau. Une fois encore, elle se sentait oppressée par le liquide... Mais dans ce silence absolu que proposait l'insonorisation, elle percevait quelque chose. Une sensation qui n'avait pas été rompue, un lien dans la Force? La Mandalorienne avait l'inquiétante impression d'être reliée à quelqu'un par un lien persistant, mais qui?

La vision de la salle de bain de dessous l'eau était totalement floue, un endroit à elle seule, même si ce n'était plus rassurant que d'habitude.

Lorsqu'elle ressortit la tête de l'eau, elle prit une grand inspiration et fixa l'homme, dans rien dire durant l'espace de plusieurs secondes.


- On fait quoi maintenant? Finit-elle par dire d'une voix calme en passant ses mains sur son visage.

Osymandias s'approcha de la baignoire et s'accroupit pour se mettre à niveau de la mandalorienne. Il tendit alors son bras droit afin que sa main puisse aller caresser la joue de la guerrière.

- Tu te reposes, tu regagnes des forces et tu reprends confiances en toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

De la chute à la renaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Effet d'Obama; la chute de l'indice Dow Jones
» lourde chute pour allan jlr
» chute du roi a EBLY
» La chute d'Arnor.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CINIS - Le Rôle Papier :: Flottes et Stations spatiales :: La flotte de Maksidias :: L'Indépendance :: Passerelle-